L'Occident  face à Medvedev

LONDRES –  En 2001, George Bush dit avoir regardé Vladimir Poutine au fond des yeux et y avoir vu un ami de l'Occident. Peu après, Poutine a commencé à restaurer un régime autoritaire en Russie. Aujourd'hui, les dirigeants occidentaux sont sur le point de répéter la même erreur avec Dimitri Medvedev.

L'élection de dimanche était plus un couronnement qu'une élection. Les seuls adversaires de Medvedev étaient des politiciens du passé comme Vladimir Jirinovski qui s'est transformé depuis longtemps de proto-faciste en un loyaliste du Kremlin, et Andreï Bogdanov, un ersatz de démocrate que le Kremlin a autorisé à se présenter pour donner l'impression à l'Occident qu'il y avait une véritable consultation électorale. 

Dans ces conditions, il est surprenant que tant de gens en Occident qualifient Medvedev de "libéral". Est-ce parce que nous avons été manipulés au point de craindre quelqu'un d'encore pire, un silovik excité (les siloviks sont les membres des forces de sécurité actuels ou du passé), comme Sergueï Ivanov, l'ancien ministre de la Défense ? Ou bien Medvedev représente-t-il une réelle occasion de mettre fin à la mini-guerre froide qui se déroule actuellement entre la Russie et l'Occident ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/TYfg1hs/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.