13

Comment déjouer la stratégie de Poutine

MUNICH – Aussitôt finis les Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi que la Russie a tourné le dos à l'esprit olympique en envahissant un pays étranger. En agressant l'Ukraine, le Kremlin a violé la Charte des Nations unies, l'Acte final d'Helsinki, ainsi que d'autres accords internationaux dont le Mémorandum de Budapest sur les garanties de sécurité et l'accord russo-ukrainien sur la flotte de la Mer noire qui fixaient le cadre des relations entre les deux pays.

La Crimée a été transformée en une zone militaire, et si l'escalade se poursuit, ses habitants se trouveront bientôt pris dans la ligne de feu. La Russie se retrouve maintenant isolée sur la scène internationale, ce qui aggrave ses difficultés économiques. Le jeu dangereux du Kremlin pourrait conduire le monde sur une pente dangereuse.

Du fait de la politique risquée de Poutine, il faut que l'Occident reconsidère sa position à son égard. Voilà un dirigeant qui voit dans un document technique de l’Union européenne sur les subventions aux exportations et des dispositions anti-fraudes une machination dressée contre lui. Plus largement, c'est un paranoïaque qui imagine une coalition improbable rassemblant des libéraux russes, des fascistes ukrainiens, la CIA et des terroristes islamistes pour le déstabiliser, voire le renverser s'ils le peuvent.

Ce à quoi nous assistons n'est pas une réaction exagérée et maladroite face aux événements récents, mais le résultat d'un plan minutieux. On ne mobilise pas 150 000 hommes en quelques jours et il est impossible de disposer instantanément de véhicules militaires et de milliers d'uniformes dépourvus d'insignes distinctifs ou de procéder sans la moindre préparation à des exercices militaires dans une région en paix.