rodrik178_Jason Armond  Los Angeles Times via Getty Images_trump supporters Jason Armond/Los Angeles Times via Getty Images

Quatre ans de sursis pour les Démocrates

CAMBRIDGE – Pendant que Joe Biden remportait péniblement la victoire à l’élection présidentielle américaine après plusieurs jours de suspense, les observateurs de la démocratie aux États-Unis sont restés perplexes. Confortés par les sondages, beaucoup s’attendaient à une victoire écrasante pour les Démocrates, à l’issue de laquelle le parti gagnerait non seulement la Maison-Blanche mais également le Sénat. Comment Donald Trump a-t-il pu conserver le soutien d’un si grand nombre d’Américains – obtenant même davantage de voix qu’il y a quatre ans – malgré ses mensonges flagrants, ses manœuvres évidentes de corruption, et sa gestion désastreuse de la pandémie ?

L’importance de cette question s’étend au-delà de la politique aux États-Unis. Partout à travers le monde, les partis de centre-gauche s’efforcent de raviver la flamme électorale contre les populistes de droite. Bien que Biden soit par tempérament centriste, la programme du Parti démocrate s’est considérablement déplacé vers la gauche – du moins selon les repères américains. Une victoire écrasante des Démocrates aurait conféré un élan majeur aux esprits de la gauche modérée : peut-être suffisait-il finalement d’allier mesures économiques progressistes et attachement aux valeurs démocratiques ainsi qu’à la dignité humaine.

Un débat existe d’ores et déjà sur la manière dont les Démocrates auraient pu faire mieux. Malheureusement, leur victoire étroite ne produit pas d’enseignements évidents. La politique américaine tourne autour de deux axes : culture et économie. Sur ces deux ensembles d’aspects, certains reprochent aux Démocrates d’aller trop loin, et d’autres de ne pas aller assez loin.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/fRWqoMAfr