0

Islam et diaspora chinoise asiatique

Lorsque le Premier ministre de la Malaisie, le Dr Mahathir Mohamed, a récemment annoncé qu'il avait l'intention de démissionner, les Malais d'origine chinoise ont rejoint les loyalistes du parti malais de Mahathir pour lui demander de revoir sa position. Quand Mahathir a accepté de rester, même seulement pour 16 autres mois, les soupirs de soulagement poussés par ces Malais chinois étaient les plus audibles de tous.

Le fait que des Malais chinois ethniques se soient ralliés du côté du Dr Mahathir marque une révolution tranquille dans la politique malaise qui démontre à quel point l'image nationaliste de Mahathir s'est assouplie durant ses 22 années au pouvoir. Il montre également à quel point les Chinois ethniques ont modifié leur opinion sur le mouvement nationaliste qui auparavant leur semblait si hostile.

Lors du renversement des dirigeants coloniaux d'Asie du sud-est quatre décennies auparavant, les Chinois ethniques ont souvent fui les mouvements nationalistes qui luttaient pour l'indépendance. Certains mouvements considéraient les Chinois locaux comme des étrangers ou comme des personnes intrinsèquement déloyales pour avoir tiré avantage des années du règne impérial de façon disproportionnée. La violence collective anti-chinoise était très répandue dans la région. Dans les décennies qui ont suivi, la plupart des Chinois ont continué à se méfier des partis politiques liés aux anciens mouvements de libération nationale.

Cette peur est en train de se dissiper en Malaisie. Les citoyens chinois de Malaisie considèrent désormais le Premier ministre Mahathir comme un bastion contre une nouvelle forme d'extrémisme violent : la menace posée par le fondamentalisme musulman. Un tel rempart constitue une nécessité pour les membres de la vaste diaspora chinoise dans toute l'Asie du sud-est, non seulement en Malaisie, où l'extrémisme islamique demeure une menace minime, mais également en Indonésie où des milliers de Chinois ont été tués et blessés dans des émeutes au cours des dernières années et où des milliers d'autres ont vu leurs propriétés endommagées ou perdues.