Le Mexique en chute libre�?

MEXICO – Peu avant les élections américaines en novembre dernier, Joe Biden, alors candidat à la vice-présidence, a été largement critiqué pour prédire que l’administration Obama serait très probablement mise à l’épreuve par une crise internationale «�provoquée�», de la même manière que l’Union soviétique avait «�testé�» John F. Kennedy peu après le début de son mandat. Biden n’a pas indiqué de région du globe en particulier. Il a toutefois évoqué le Moyen-Orient, le sous-continent Indien et la Russie comme plus probables sources d’inquiétude du nouveau président.

Maladroites ou pas, les préoccupations de Biden semblent avoir influencé les premières décisions en politique étrangère. Parmi ces dernières�: la main tendue de ce même Biden à la Russie lors de la Conférence sur la sécurité à Munich il y a peu, la nomination par Barack Obama de Richard Holbrooke comme envoyé spécial au Pakistan et en Afghanistan et de George Mitchell à un poste similaire pour la zone Israélo-palestinienne.

Aussi pressante soit la situation au Moyen-Orient, en Asie du Sud ou en Russie (tout comme en Iran et en Corée du Nord), une autre crise bien plus proche géographiquement pourrait s’avérer aussi dangereuse qu’un Iran doté de l’arme nucléaire, qu’une Russie à nouveau agressive, ou même qu’un Pakistan dominé par l’Islam.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/vouKbSt/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.