3

L’inégalité : les raisons de la colère

Les dirigeants du monde semblent être convaincus que l’inégalité et le manque de participation massive à la croissance économique, si on les laisse persister, déboucheront sur la discorde sociale et même sur la violence. Mais est-ce l’inégalité, le vrai problème ?

Comme l’a remarqué le Premier Ministre indien Manmohan Singh lors de la conférence internationale des Dalits et des minorités, qui s’est tenue à New Delhi en décembre, “Tout comme la pauvreté absolue peut être réduite par la croissance, les inégalités peuvent s’aiguiser. Cela peut s’avérer extrêmement déstabilisant tant politiquement que socialement.” L’Inde doit donc prendre des initiatives visant à réduire les inégalités sociales et économiques, sans porter préjudice à la croissance et sans réduire les incitations à l’entreprise individuelle et à la créativité.”

De même, lors du Forum économique mondial de Davos en janvier, le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a déclaré : “ C’est la croissance économique, la création d’emplois et la distribution des revenus qui nous permettront de vivre dans un monde en paix.” Il a ensuite appelé à des barrières douanières plus basses sur les exportations agricoles afin d’aider les pauvres des pays en développement.

De tels arguments sont frappés au coin du bon sens. Si les gens sont convaincus qu’ils vont partager les fruits de la croissance économique globale, ils seront plus susceptibles de soutenir la paix dans le monde. Dans le cas contraire, les troubles seront plus probables.