Plaidoyer pour le Système Bancaire Suisse

GENEVA – “Le temps du secret bancaire est révolu,” déclarent les dirigeants du G20 en menaçant “les juridictions non coopératives, dont les paradis fiscaux” de sanctions. Personne n’est fondé à mettre la Suisse dans cette catégorie, puisqu’en adoptant le standard de l’OCDE sur l’entraide administrative dans le domaine fiscal, elle a déjà contribué à une meilleure coopération internationale.

Pour apprécier la portée de ce geste, il est important d’en connaître le contexte. Les banques suisses sont tenues par la loi à un secret rigoureusement hermétique vis-à-vis de leurs clients helvètes, comme de leurs clients étrangers. Tout banquier qui divulguerait des informations sur les affaires de ses clients à des tiers non autorisés, commettrait une infraction pénale en Suisse.

Le secret bancaire n’a jamais été absolu à 100%, mais la clarté de législation suisse en ce qui concerne ce que ce secret doit et ne doit pas protéger est absolue. Il ne fait jamais obstruction à la moindre enquête judiciaire, par exemple.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Dkc5wqU/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.