0

Imaginons un nouveau monde méditerranéen

NEW YORK – Les pays méditerranéens traversent une zone de turbulence jamais connue depuis l’époque de la décolonisation et de l’indépendance. Les révolutions populaires en Tunisie et en Égypte ont balayé les autocraties établies. Le Libyen Mouammar Kadhafi s’accroche encore et les responsables politiques en Algérie et au Maroc s’efforcent de maintenir leur autorité.

Un espace méditerranéen nourri par des valeurs, des intérêts et des espoirs démocratiques partagés peut-il émerger de ce maelstrom ?

Les pays méditerranéens comptent une population de 475 millions d’habitants – 272 millions d’Européens, dont 20 millions de musulmans, et 200 millions de non-Européens arabes et juifs. Il semble aujourd’hui possible que l’Union pour la Méditerranée (UPM), le mécanisme établi par le président français Nicolas Sarkozy en 2008 pour améliorer la coopération régionale, s’attaque au défi de revendiquer le passé de la région en tant que berceau de la raison, de la tolérance et de l’humanisme. L’UPM pourrait proposer un modèle de coexistence à un monde blessé par la dictature et la crainte du fondamentalisme islamique.

La montée des tensions en Europe autour de ce qui s’est cristallisé de manière sinistre comme « la question musulmane » a fait oublier bien trop vite qu’il y eut un temps où l’Islam – une civilisation bien plus tolérante et inclusive qu’elle ne le paraît depuis les évènements du 11 septembre – était totalement intégré à la vie européenne.