dr2203c.jpg Dean Rohrer

Snowden et le pape

NEW YORK – Le pape François évoque de plus en plus une bouffée d’air frais soufflant à travers les salles à l’odeur de renfermé de l’Église catholique. Il se présente et se comporte comme un être humain normal. Il porte des chaussures et pas des pantoufles de velours rouges. Il a bon goût en matière de lecture : Dostoïevski, Cervantès. Et il a une attitude plus ouverte envers les homosexuels, même s’il n’a pas dénoncé la doctrine de l’Église sur la sexualité.

Mais la déclaration la plus étonnante du pape François, publiée récemment dans le quotidien italien La Repubblica, a trait aux non croyants. Un athée échappera aux feux de l’enfer tant qu’il écoute sa conscience, nous dit le pape en ces termes : « Chacun a sa vision du bien et du mal et doit faire le choix de suivre le bien et de combattre le mal tels qu'il les conçoit ».

Autrement dit, ni Dieu, ni l’Église ne sont indispensables pour savoir comment nous comporter. Notre conscience suffit. Même des protestants pieux n’iraient pas si loin. Les protestants estiment seulement qu’un prêtre n’est pas forcément nécessaire pour faire le lien entre un individu et son Créateur. Mais la formulation de François laisse à penser que se passer de Dieu lui-même est une option légitime.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/TsGXn6Afr