Hong Kong menace la Chine

Les manifestations massives du mois dernier qui se sont déroulées à Hong Kong, lorsque plus d'un million d'habitants ont afflué dans les rues pour protester contre le gouvernement du chef de l'exécutif Tung Chee-hwa, continuent de résonner. Jamais dans l'histoire de Hong Kong l'opposition populaire, unissant des banquiers d'affaires, des crieurs de journaux, des fonctionnaires en congé et des artistes, pour n'en citer que quelques-uns, n'a été si puissante. Les dirigeants communistes de la Chine hésitent sur la réponse à y apporter.

Les manifestants visaient, entre autres, à exprimer leur volonté de choisir les futurs dirigeants de Hong Kong au suffrage universel. Aujourd'hui, 800 électeurs triés sur le volet par le gouvernement chinois continental, qui représente essentiellement les grandes entreprises, choisissent le chef de l'exécutif de Hong Kong.

L'impopularité du chef incompétent et obséquieux de l'exécutif de Hong Kong, choisi par la Chine pour un second mandat de cinq ans qui se terminera seulement en 2007, pose un grave dilemme aux dirigeants communistes du pays. Avant les manifestations du mois de juillet, ils espéraient que Hong Kong offrirait un exemple tellement attirant de l'idée « Un pays, deux systèmes » que Taiwan serait tentée d'accepter la souveraineté du gouvernement de Beijing. Les dirigeants de Taiwan attirent désormais l'attention sur Hong Kong en tant que modèle manqué d'un concept imparfait.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/VBTpV2u/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.