1

Les marchés boursiers vont-ils vraiment devenir plus court-termistes ?

CAMBRIDGE – Dans un commentaire récent, j'ai montré que l'augmentation de la pression sur un marché des actions plus rapide incitait les chefs d'entreprise à être encore plus préoccupés par leurs résultats trimestriels, ce qui les empêchait de gérer leurs entreprises à long terme. Mais j'ai remarqué aussi que les pressions des gouvernements et des changements technologiques rapides ont potentiellement tout autant d'influence que les marchés boursiers. Comment peut-on planifier avec soin à long terme, disons la zone euro, si la monnaie elle-même est en danger ? Et quelles sont les perspectives d'avenir du commerce de détail à l'heure où le secteur de la distribution migre sur Internet ?

On fait régulièrement valoir (au point que cela est devenu une croyance populaire) qu'une reconfiguration de portefeuille pas chère et facile, des stratégies technique de trading et des déplacements d'investisseurs d'un secteur à un autre, obligent les chefs d'entreprises à accorder trop d'attention aux résultats financiers immédiats. Et à mesure que les échanges s'accélèrent, les pressions augmentent. Mais même si les chefs d'entreprises et les conseils d'administration des sociétés cotées en bourse se concentrent trop sur leurs résultats trimestriels, et même si des périodes médianes de détention d'actions ont considérablement diminué durant ces dernières décennies, il est difficile de savoir si le marché boursier s'est accéléré d'une manière qui pousse les chefs d'entreprise à être encore plus attentifs à leurs résultats trimestriels.

Nous devons faire quelques distinctions très basiques, mais insuffisamment reconnues, sur les médianes. Une façon de mesurer la période moyenne de détention d'actions et son évolution au cours du dernier quart de siècle, consiste à additionner toutes les périodes de détention de tous les investisseurs à la fin de l'année et à diviser le total par la moyenne pondérée des actionnaires. Le résultat –  la moyenne –  est la durée moyenne de détention.

Nous pourrions aussi classer tous les détenteurs du plus petit au plus grand et vérifier comment la période de détention de celui du milieu a changé – la médiane. Souvent ces deux façons de mesurer une moyenne auront le même résultat et donneront la même dérivée. Mais quand elles diffèrent, la différence doit affecter notre réflexion sur le phénomène. Pour les marchés boursiers, la différence peut être importante.