La démocratie de la canonnière�?

En un sens, les armes de destruction massive (ADM) en Irak ont aussi été des armes de distraction massive. Sans aucun doute, le Président George W. Bush et le Premier ministre Tony Blair étaient convaincus, lorsqu’ils ont décidé de lancer une guerre préventive, que Saddam Hussein possédait de telles armes, ou avait les moyens d’en produire. Les craintes portaient tout particulièrement sur les armes chimiques et bactériologiques.

Pourtant, les ADM n’étaient pas la seule motivation de cette guerre. Les deux chefs d’Etat étaient scandalisés par les exactions du dictateur et pensaient que son renversement marquerait l’avènement de la démocratie en Irak. Ils espéraient par la même occasion créer un climat de stabilité qui contribuerait à la résolution d’autres conflits dans la région, tout en garantissant un flux ininterrompu de pétrole.

Il n’est pas condamnable en soi d’avoir des motivations ambivalentes. C’est là une complexité très humaine. La véritable question est de savoir si la démocratie peut vraiment provoquer de tels résultats, et si le déploiement de missiles et de chars d’assaut est la meilleure façon d’apporter la démocratie à un pays opprimé depuis longtemps par un régime dictatorial.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/ANsmhhU/fr;