greece celebrates no oxi vote Kostas Pikoulas/ZumaPress

Référendum grec : le triomphe de la souveraineté nationale

CAMBRIDGE – C’est une constante, créanciers et débiteurs ont maille à partir dès lors que l’argent change de main. Mais rarement ce conflit n’avait été mis en lumière aussi nettement – et aussi publiquement – qu’à l’occasion du dernier référendum grec.

Dans leur vote du 5 juillet, les citoyens grecs se sont massivement opposés aux exigences de nouvelle austérité formulées par les créanciers étrangers du pays ; Banque centrale européenne, Fonds monétaire international, et autres gouvernements de la zone euro, conduits par l’Allemagne. Quel que soit le mérite économique de cette décision, le peuple grec l’a crié haut et fort : nous ne voulons plus subir.

Nous aurions cependant tort de considérer le vote grec comme une franche victoire de la démocratie – dont se félicitent pourtant le Premier ministre Alexis Tsipras et ses partisans. Ce que les Grecs qualifient aujourd’hui de démocratie apparaît aux yeux de nombreux autres États – tout aussi démocratiques – comme de l’unilatéralisme pur et simple, tout à fait irresponsable. Rare sont en réalité les sympathisants de la posture grecque dans les autres pays de la zone euro, où la tenue de référendums comparables révélerait sans aucun doute une volonté de l’opinion publique de poursuivre les politiques d’austérité imposées à la Grèce.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/XwwpJAh/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.