1

Gouvernement et Mondialisation

NEW YORK - Nous vivons une ère dans laquelle les puissances les plus influentes qui affectent chacune de nos économies sont mondiales, et non locales. Ce qui se passe « à l'étranger » – en Chine, en Inde et ailleurs – influe considérablement sur une économie, aussi grande soit-elle que celle des États-Unis.

La mondialisation économique a bien entendu engendré un certain nombre d’effets bénéfiques importants dans le monde, comme la propagation rapide des technologies avancées de type Internet et téléphonie mobile. Elle a également fortement réduit la pauvreté dans de nombreuses économies émergentes – raison qui, a elle-seule, suffit à justifier l’existence d’une l'économie mondiale ouverte et interconnectée.

En revanche, la mondialisation a également causé plusieurs problèmes majeurs auxquels il est important de s’atteler. Tout d'abord, elle a multiplié les possibilités d'évasion fiscale, en raison d'une prolifération rapide de nouveaux paradis fiscaux à travers le monde. Les sociétés multinationales disposent aujourd’hui de beaucoup plus d'opportunités qu'hier de se soustraire à leur contribution fiscale, aussi juste et efficace soit-elle.

Par ailleurs, la mondialisation a engendré la coexistence de perdants et de gagnants. Dans les pays riches, notamment aux États-Unis, en Europe et au Japon, les plus grands perdants sont les travailleurs dont l'éducation est insuffisante pour concurrencer efficacement les travailleurs à bas salaires issus des pays en développement. Les plus durement touchés sont les travailleurs des pays riches qui ne disposent d'aucune formation universitaire. Ces mêmes travailleurs qui ont été des millions à perdre leur emploi. Quant à Ceux qui ont eu la chance de le conserver, ils ont vu leurs salaires stagner voire diminuer.