Trois leviers pour l'investissement en Europe

PARIS – Les dirigeants européens ont prévu de se réunir en décembre pour examiner le plan d’investissement du nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. En juillet dernier, il a formulé le projet de mobiliser 300 milliards d’euros de dépenses en capital sur trois ans. Il s’agit maintenant de savoir comment.

L’idée selon laquelle un surplus d’investissement pourrait opportunément concourir au redressement de la conjoncture tout en contribuant au redressement à moyen terme de l’économie européenne ne fait guère débat, mais les moyens de la mise en place d’un tel programme sont loin de faire l’unanimité.

Une initiative similaire avait déjà été engagée en 1993 par Jacques Delors. Alors président de la Commission, il avait proposé dans son Livre blanc sur la croissance, la compétitivité et l'emploi un grand plan d’investissement. Adopté par les chefs d’Etat, il n’a jamais été appliqué. En 2000, c’est dans le cadre de la stratégie de Lisbonne que l'UE  avait fixé aux pays membres de porter leur budget de recherche et développement à 3% de leur PIB. Il n’en a rien été. Plus récemment, en juin 2012, les dirigeants de l'UE ont adopté un Pacte pour la croissance et l'emploi d’un montant nominal de 120 milliards d'euros. Il n’en est rien résulté de substantiel.  

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/dmCbiH3/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.