Les cinq inconnues des élections allemandes

Le 18 septembre se tiendront en Allemagne des élections à cinq inconnues au moins. S'il s'agissait d'une équation, elle serait impossible à résoudre. Heureusement, la politique est bien différente des mathématiques, bien que, hélas, le revers soit qu'il n'existe pas de solution claire. En effet, même selon les opaques critères de la politique contemporaine, le cas allemand est particulièrement frustrant.

La première inconnue est la raison pour laquelle ces élections sont organisées. Le chancelier Gerhard Schröder avait encore quinze mois devant lui avant la fin de son mandat, et il ne semblait avoir aucune difficulté à mobiliser son indéniablement mince majorité parlementaire.

De toute évidence, les problèmes majeurs évoqués par le Président fédéral lorsqu'il a dissous le Bundestag sont réels. La situation fiscale est inacceptable selon les critères allemands, et la dette publique actuelle, fardeau pour les générations futures, va à l'encontre du pacte de stabilité et de croissance de l'Union européenne. Les développements démographiques nécessitent à eux seuls des réformes considérables de la politique sociale. En outre, les institutions du système fédéral ne permettent pas de prendre des décisions rapidement, ni très clairement.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/gok44jI/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.