Le malaise économique de l'Allemagne

Un mois avant sa réélection le mois dernier, le chancelier Gerhard Schröder était donné perdant. On lui reprochait d'avoir manqué à sa promesse faite en 1998 de réduire le chômage. Mais maintenant qu'il est réélu, c'est l'économie qui est sans doute la grande perdante.

Ainsi que tout le monde en convient, il doit sa réélection aux inondations dans l'est du pays et à sa croisade opportuniste contre la politique américaine envers l'Irak. Il s'est servi de ces deux événements pour se donner une image de " manager de crise ".

Mais ayant évacué l'économie du débat, le chancelier se retrouve aujourd'hui sans direction claire pour entreprendre de véritables réformes et moderniser le marché du travail. Lors de sa campagne, M. Schröder a surtout donné des gages aux syndicats.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/G3Al1WX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.