Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

fischer161_Alexei DruzhininTASS via Getty Images_macron putin Alexei Druzhinin/TASS via Getty Images

À quoi tient le gel des relations entre l'Europe et la Russie ?

BERLIN – Bien que l'Union européenne et la Russie fassent partie de la même masse continentale, elles n'ont pas tant de choses en commun. En fait, les Russes n'ont pas encore décidé de l'endroit où leur pays se situe dans le monde. La majeure partie de son territoire est en Asie, mais plus de 70 % de sa population vit à l'Ouest de l'Oural. Les Russes n'ont aucun intérêt à s'associer à l'Asie de l'Est ou au Sud musulman, de sorte que leur seul choix consiste à faire cavalier seul ou à s'orienter vers l'Europe.

Mais faire cavalier seul est un choix risqué. La Russie est un colosse doté de l'arme nucléaire, mais connaît un déclin démographique, économique et technologique. Le pays vit encore de l'exportation de combustibles fossiles et d'autres produits de base, ce qui est à peine suffisant pour assurer le statut de superpuissance au XXIe siècle. Elle risque de plus en plus de devenir un partenaire mineur de la Chine.

Son seul autre choix possible, c'est l'Europe. Mais les deux parties prenantes restent prisonnières de leur histoire respective. Le souvenir de l'oppression sous les tsars et les soviétiques reste vivace en Europe centrale et orientale, notamment en Pologne et dans les pays baltes. L'annexion de la Crimée et la campagne militaire dans l'Est de l'Ukraine par le président russe Poutine ont renforcé la méfiance à l'égard de la Russie dans la région.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/0YFEnLPfr;