De de Gaulle à Poutine

PARIS – Il y a cinquante ans, le général de Gaulle prenait le pouvoir en France par un coup d’État de fait. Certes, il fut appelé et élu par un Parlement en détresse, mais la pression exercée par l’armée française et la rébellion en Algérie ne laissaient guère de choix. Les dirigeants de la République en péril comptaient sur de Gaulle pour mettre un terme à la guerre d’Algérie, tout en gardant l’Algérie française. Le programme du général était différent : réécrire la constitution et fonder une nouvelle république.

Pour de Gaulle, la guerre d’Algérie n’était qu’un symptôme d’un État inadapté à la France, une analyse qui remontait à son expérience de 1940, quand le gouvernement s’était montré incapable de résister à l’invasion nazie. Seul un chef fort, pensait de Gaulle, aurait pu éviter la défaite.

Dans ses mémoires, de Gaulle penchait pour la restauration de la monarchie. Mais l’opinion n’était pas prête, et les héritiers de la couronne pas à la hauteur de la tâche. L’alternative était un monarque élu : la constitution de la Ve république, qui fête cette semaine son cinquantième anniversaire, fut conçue autour de ce principe de base.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/h5vtXrn/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.