0

L’Europe en panne de modèle

PARIS – En Europe occidentale – la vieille Europe comme l'avait qualifiée l’ancien Secrétaire américain à la défense Donald Rumsfeld – la majeure partie des gouvernements se trouvent en difficulté. La nouvelle coalition en Grande Bretagne pourrait bien  – pour l’instant – être l’exception. Les cotes de popularité des dirigeants des principaux pays membres de l’Union Européenne – Nicolas Sarkozy, Silvio Berlusconi, Angela Merkel et José Luís Rodriguez Zapatero – plafonnent aux alentours de 25%.

Qu’ils soient conservateur comme Sarkozy, démocrate chrétienne comme Merkel, populiste de droite comme Berlusconi, ou socialiste comme Zapatero, l’appartenance politique semble ne faire aucune différence. 

Que s’est-il passé ? La crise économique semble être l’explication la plus évidente, mais un peu trop.

Ces responsables politiques réagirent avec une apparente vigueur il y a deux ans lorsque l’effondrement de la bulle immobilière américaine avait atteint les côtes européennes : leur popularité en fut relancée pour un temps. Paradoxalement, les premiers stades de cette crise financière semblèrent favoriser les conservateurs et les libéraux, apparemment mieux placés que les socialistes pour sauver l’économie.