0

Inégalité de l'Europe en matière d'investissement de défense

Les débats portant sur la politique étrangère entre l'Europe, la France en particulier, et les Etats-Unis grandissent et pas seulement au sujet du massacre des Israéliens et des Palestiniens et la conduite de la guerre contre le terrorisme. Mais les critiques de l'Europe, quelle que soit leur justesse, ne seront pas prises au sérieux par les Etats-Unis tant que le Continent continuera de s'en prendre abondamment aux défenses américaines, ce qu'elle fait depuis un demi-siècle. Dans un monde belliqueux, être crédible dans l'arène internationale requiert une capacité militaire estimable et une technologie militaire de pointe. L'Europe manque des deux.

L'irritation de l'Amérique envers certains de ses alliés européens - le Royaume-Uni de Tony Blair constituant la seule exception visible - est compréhensible. Dans l'année fiscale en cours, les Etats-Unis dépenseront 50 milliards de dollars supplémentaires en matière de défense en portant leur facture de défense globale à 379 milliards de dollars, soit plus de 3 % du PNB. Cette somme est en fait minime par rapport à celles dépensées après la Deuxième guerre mondiale. Au moment de la Guerre du Golfe en 1991, les dépenses américaines en matière de défense se montaient à 4,8 % du PNB ; elles étaient bien plus élevées dans les années 1950 et 1960.

L'engagement de l'Europe en matière de défense raconte une autre histoire. Les dépenses de défense se montent à 1,6 % du PNB en Allemagne, à 2 % en Italie et à 1,5 % en Espagne ; seuls la France et le Royaume-Uni atteignent les 3 %. Mais limiter le débat à l'engagement de défense au pourcentage de PNB dépensé dans l'armée est insuffisant car il existe des économies d'échelle dans les dépenses de défense. On s'attendrait donc à ce que les plus petits pays dépensent proportionnellement plus en matière de défense que les plus grands. Au lieu de cela, l'Amérique à elle seule dépense aujourd'hui plus que la plupart de ses alliés de l'OTAN réunis, et il est probable que les dépenses de défense aux Etats-Unis augmentent encore plus dans les années à venir.

La sécurité et l'influence mondiale ne sont pas les seuls avantages obtenus grâce aux dépenses militaires. Environ 10 à 15 % des dépenses militaires américaines financent une recherche de base et permettent ainsi d'accroître fortement la recherche et le développement de pointe de l'Amérique. L'Internet, basé sur les réflexions et les dépenses engagées dans les années 1940, ainsi que la puce en silicium, développée dans les années 1970, sont tous les deux des produits de la recherche financée par le Pentagone.