Paul Lachine

La Banque Centrale Européenne en mer

NEWPORT BEACH - Les puristes de la Banque Centrale sont dans le vague. Comment la Banque centrale européenne, une institution germanique, peut-elle désormais être dans les affaires d'achat d'obligations émises par le gouvernement par cinq de ses 17 membres? Pourquoi cette institution monétaire agit-elle à la manière d'une agence financière? La BCE n'est-elle pas censée être une institution politiquement indépendante et opérationnellement autonome, engagée dans la lutte contre l'inflation et la sauvegarde de la monnaie?

Eh bien, oui et non. Cette réponse témoigne en fait de la réalité troublante des banques centrales d'aujourd'hui (ou, pour être plus exact, de la banque centrale dans le monde postérieur aux effets de bulle de la dette et aux préoccupations relatives à la dette souveraine). Elle éclaire aussi sur la fin de partie qui se dessine dans une zone euro vague et instable.

Une analogie avec le vocabulaire des marins simplifie partie de la complexité. Imaginez qu'un navire très agile des garde-côtes soit appelé à la rescousse d'un bateau en détresse. Alors que le sauvetage a lieu, le navire estime qu'il faut aussi sauver deux autres bateaux plus grands. Il le fait, mais pas avant que le capitaine n'ait reçu l'assurance qu'un navire  plus grand ne vienne à leur aide.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Yu152cx/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.