Pourquoi il faut décriminaliser la consommation de drogue

SAO-PAULO – La guerre contre les drogues est une guerre perdue d'avance. Le moment est venu en 2011 de passer d'une approche répressive à une politique basée sur la santé publique, les droits de l'homme et le bon sens. Telles sont les principales conclusions de la Commission latino-américaine sur les drogues et la démocratie que j'ai réunie avec les anciens présidents Ernesto Zedillo du Mexique et César Gaviria de Colombie.

Nous nous sommes impliqués sur cette question pour une raison impérieuse : la violence et la corruption qui accompagnent le trafic de drogues dans notre région sont une menace grave contre la démocratie. Ce sens de l'urgence nous a amené à évaluer les politiques en place et à rechercher des alternatives crédibles. L'approche prohibitionniste basée sur l'interdiction de la production et la criminalisation de la consommation est manifestement un échec.

A quoi ont abouti les mesures prohibitionnistes appliquées pendant 30 ans avec des moyens considérables ? Simplement à déplacer la production et les cartels de la drogue d'un pays à un autre. L'Amérique latine reste le premier exportateur mondial de cocaïne et de marijuana. Des milliers de jeunes gens continuent à mourir dans des guerres de gangs, tandis que des seigneurs de la drogue règnent par la peur sur des communautés entières.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/MHXWTwx/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.