9

Retour aux fondamentaux sur les marchés émergents

CAMBRIDGE – Après 15 ans de battage, une nouvelle opinion commune s'est établie : les marchés émergents sont dans le pétrin. De nombreux analystes ont extrapolé une croissance rapide dans des pays comme le Brésil, la Russie, la Turquie et l'Inde dans un futur indéterminé, en les tenant pour les nouveaux moteurs de l'économie mondiale. Aujourd'hui la croissance est en baisse dans la quasi-totalité d'entre eux ainsi que des investisseurs retirent leur argent, inspirés en partie par l'espoir que la Réserve fédérale américaine relève ses taux d'intérêt en septembre. Leurs monnaies ont chuté, alors que les scandales de corruption et d'autres difficultés politiques ont accablé le récit économique dans des endroits comme le Brésil et la Turquie.

Rétrospectivement, il est apparu clairement qu'il n'y avait en fait aucune logique de croissance cohérente dans la plupart des marchés émergents. Sous le vernis, on trouve en fait des taux de croissance élevés motivés non pas par une transformation productive, mais par la demande intérieure, à son tour alimentée par booms temporaires des matières premières et des niveaux non viables d'emprunts publics ou plus souvent privés.

Oui, il y a beaucoup d'entreprises de classe mondiale dans les marchés émergents et l'expansion de la classe moyenne est indéniable. Mais seule une part infime de la main-d'œuvre de ces économies est employée dans des entreprises productives, alors que les entreprises improductives informelles absorbent le reste.

Si l'on compare cela avec l'expérience des quelques pays qui ont effectivement émergé avec succès, en « passant leur diplôme » de pays avancé, on peut identifier le chaînon manquant. La Corée du Sud et Taïwan ont progressé suite à une industrialisation rapide. Comme les paysans sud-coréens et taïwanais sont devenus des ouvriers d'usine, les économies des deux pays (et avec un certain décalage, leurs politiques) ont été transformées. La Corée du Sud et le Taïwan sont par la suite devenues des démocraties riches.