Paul Lachine

L’Europe a-t-elle des pulsions suicidaires ?

BERLIN – Depuis le début de la crise de la dette grecque en 2010, les principaux acteurs européens auraient  dû comprendre les risques et conséquences qu’elle comportait pour l’Union européenne. Mais ce n’est certainement pas l’impression qu’ils donnent aux spectateurs.

Cette crise a toujours eu une dimension plus large que la Grèce même : une insolvabilité chaotique dans ce pays menace potentiellement d’entraîner d’autres économies de la périphérie sud de l’UE, dont des pays de premier plan, dans un abysse budgétaire, aux côtés des principales banques et compagnies d’assurance européennes. Cette évolution plongerait à son tour l’économie mondiale dans une nouvelle crise financière, avec des répercussions égales à celles de l’automne 2008. Elle incarnerait également un échec de la zone euro qui ne manquerait pas d’avoir de graves conséquences pour le marché commun.

Pour la première fois de son histoire, la poursuite même du projet européen est en péril. Malgré ce risque, le comportement de l’UE et de ses principaux États membres a été hésitant et pusillanime en raison d’égocentrismes nationaux et d’un manque flagrant de leadership.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/DP3Viw0/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.