0

La démocratie dans tous ses états Par Pranab Bardhan

Aux États-Unis, les archaïques défenseurs de la rigueur budgétaire alimentent le moulin de la déraison des néophytes de l’économie, qui ne voient rien d’autre que la misère omniprésente, que ce soit sous forme d’emplois perdus, de maisons saisies, ou du déclin de plus en plus apparent du statut des USA au niveau global, et qui étreignent leurs Bibles tout en embrassant une interprétation de la constitution américaine fort immature. Mais les efforts qu’ils déploient ne font que creuser davantage la dette américaine, ce qui rend la reprise plus difficile. Les détracteurs de l’augmentation d’impôts, tout en appréciant le mal que se donne la plèbe pour protéger leurs richesses, ont peur de l'impact que pourrait avoir ces concepts rétifs sur le climat qui règne dans le monde de l'investissement et sur le prix des actions.

Le président Barack Obama, élu avec force bonne volonté et attentes en 2008, se comporte maintenant comme un cerf pétrifié par les phares d’une voiture. Il sait que ce dont l'économie a besoin sur le court terme est différent de ce qui doit être fait en vue de gérer la dette publique sur le long terme, mais il n’est pas en mesure d’offrir un leadership solide. Il fait des efforts, peu judicieux au demeurant, pour trouver un terrain d’entente, mais ne fait qu’entretenir la passion de ses adversaires.

En Inde, le Premier ministre Manmohan Singh, qui jouissait autrefois d'une solide réputation d’homme intègre et intelligent, s’est lui aussi retrouvé pieds et poings liés. Face à la croisade anticorruption menée par l’activiste Anna Hazare – qui a récemment cessé sa grève de la faim –, un mouvement autant démagogique que populiste, il a adopté un comportement erratique pour finalement parvenir avec peine à un compromis désespéré. Hazare, encouragé par les indignés de la classe moyenne urbaine à l’esprit cocardier et par des médias en quête de sensations, tente de reprendre par la force le flambeau du Mahatma Gandhi. Le problème, c’est que ce n’est pas le masque de piété qu’il arbore qui lui donnera la sagesse innée de ce dernier.

La corruption à l’échelle locale (la police, les tribunaux et les greffiers du gouvernement) a toujours été très répandue en Inde. Le genre de corruption qui a augmenté ces dernières années résulte en partie de la croissance économique rapide. La valeur des ressources publiques comme la terre, les minéraux et les hydrocarbures, et le spectre des télécommunications, a grimpé en flèche, et dans la course au contrôle desdites valeurs, les hommes d'affaires cherchent des raccourcis.