14

Repenser la démocratie

PRINCETON – A de nombreux égards, le monde n'a jamais été plus démocratique. Pratiquement chaque gouvernement fait au moins semblant de se réclamer de la démocratie et des droits de l'homme. Même quand les élections ne sont ni libres ni équitables, le bourrage des urnes est rare et nous ne sommes plus à l'époque où seuls les hommes, les blancs ou les riches pouvaient voter. Les études internationales de Freedom House montrent que depuis les années 1970, le nombre de pays "libres" est en nette augmentation - une tendance que le politologue Samuel Huntington avait qualifiée de "troisième vague de démocratisation".

L'extension des normes démocratiques des pays avancés occidentaux au reste du monde est peut-être le plus grand bénéfice de la mondialisation. Pourtant la démocratie est loin d'être parfaite. Aujourd'hui les gouvernements démocratiques manquent d'efficacité et leur futur est des plus incertains.

Dans les pays avancés, le mécontentement à l'égard des gouvernements tient à leur incapacité à adopter une politique économique qui favorise la croissance au profit de tous. Dans les démocraties les plus récentes du monde en développement, l'absence de libertés individuelles et de libertés politiques constitue une source supplémentaire de mécontentement.

La véritable démocratie combine la règle de la majorité et le respect des droits des minorités, elle exige deux conditions. Tout d'abord la représentation des citoyens par l'intermédiaire des partis politiques, d'un parlement et d'un système électoral qui sont nécessaires à l'expression des préférences de la population et à leur transformation en action politique. Deuxièmement la démocratie authentique suppose l'équilibre des pouvoirs pour empêcher l'Etat d'abuser de son pouvoir et garantir le respect des droits fondamentaux tels que la liberté d'expression, par exemple grâce à une justice et à des médias indépendants. La représentation sans l'équilibre des pouvoirs (des élections mais pas d'Etat de droit), c'est une recette pour la tyrannie de la majorité.