La possibilité d’une théorie économique unifiée ?

NEW YORK – Le shutdown du gouvernement américain survenu le mois dernier – fruit d’affrontements partisans autour des négociations du budget au Congrès – constitue l’illustration parfaite de la polarisation qui préside aux débats actuels sur les politiques économiques.

D’un côté, les partisans de John Maynard Keynes considèrent que l’intervention de l’État peut permettre à n’importe quelle économie de s’extraire de la crise, en stimulant la demande globale, laquelle serait en retour créatrice d’emploi. Chaque gouvernement, affirment les keynésiens, a la capacité – et la responsabilité – de résoudre bon nombre, si ce n’est l’ensemble, des problématiques économiques du pays qu’il régit.

Dans le camp opposé, les partisans de l’école autrichienne de la pensée économique, et notamment des idées de Friedrich Hayek, estiment que seules la limitation de l’intervention de l’État et la libre entreprise constituent un chemin viable vers la liberté et la prospérité. Le marché serait ainsi le meilleur arbitre quant à la manière d’allouer des ressources restreintes, et devrait par conséquent servir de moteur principal d’une économie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/fYxNu3b/fr;