Peut-on s’assurer contre les tsunamis ?

La majeure partie des débats qui entourent la réponse à apporter à la catastrophe asiatique du tsunami s’est centrée sur les programmes de secours gouvernementaux et les plans publics de mise en place d’un système de détection lointaine. Les débats se sont peu concentrés sur la promotion des institutions de gestion privée des risques, notamment les assurances.

C’est bien dommage. Les compagnies d’assurance offrent des capacités de gestion des risques professionnelles et finement détaillées, qui prennent en compte la complexité des dangers à couvrir et répondent de manière créative aux besoins individuels. Favoriser l’assurance individuelle peut sembler être une réponse indirecte à la catastrophe naturelle du tsunami mais c’est une réponse rationnelle, et puissante.

Les compagnies d’assurance n’ont pas encore pénétré les nombreuses régions qui viennent de subir les plus lourdes pertes. Selon une étude du Insurance Information Institute, en 2003, les dépenses d’assurance autres que les assurances vie n’ont guère représenté que 0,83 % du PIB en Indonésie, 1,19 % du PIB en Thaïlande et 0,62 % en Inde, par rapport aux 5,23 % du PIB aux États-Unis.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/bDjXTV1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.