Le Hamas peut-il rester au pouvoir ?

Avec un tiers du gouvernement palestinien du Hamas mis en état d’arrestation par Israël, l’escalade des relations israélo-palestiniennes a désormais dépassé la simple confrontation militaire. Une question bien plus fondamentale s’impose : un gouvernement palestinien dérivant son autorité d’un accord avec Israël peut-il rester au pouvoir tout en étant dirigé par une organisation qui se donne pour but la destruction d’Israël ?

L’enlèvement d’un soldat israélien dans la bande de Gaza, ainsi que l’enlèvement suivi du meurtre d’un civil israélien de 18 ans en Cisjordanie soulèvent cette question, qui hante les relation israélo-palestiniennes depuis la victoire du Hamas aux élections législatives de janvier.

La communauté internationale, menée par le “Quartet” (les États-Unis, l’Union Européenne, les Nations Unies et la Russie), a posé trois conditions au gouvernement du Hamas pour lui permettre de prétendre à une légitimité internationale et de continuer à recevoir un soutien financier. Le Hamas doit reconnaître le droit d’Israël à exister, cesser toute action terroriste et s’atteler à mettre en œuvre tous les accords internationaux déjà signés par l’autorité palestinienne. Ces conditions peuvent paraître raisonnables à tout observateur extérieur. Pour le Hamas cependant, elles semblent saper sa raison d'être [1] même .

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/sKf7ocY/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.