Paul Lachine

L’Europe peut-elle être sauvée?

VIENNA – En 2011, la crise financière et bancaire de l’Europe s’est muée en crise de la dette souveraine. Le problème qui s’est posé en Grèce a fini par jeter le discrédit sur la viabilité de l’euro – et sur l’Union européenne elle-même. Un an plus tard, cette déconsidération ne s’est pas atténuée.

Pourtant, si l’on compare l’Union européenne aux Etats-Unis ou au Japon (où la dette publique atteint 200% du PIB), l’Union ne mérite pas cette image dégradée. En matière d’emploi comme d’épargne privée, les performances de l’Europe restent, dans l’ensemble, élevées. De plus, sa balance commerciale est en phase avec celle du reste du monde.

Cette désaffection à l’égard de l’euro et de l’Union européenne s’explique par le fait que, depuis le printemps 2010, les dirigeants européens se ruent d’un sommet sur la crise à l’autre, bricolant chaque fois de prétendues solutions qui apportent trop peu ou arrivent trop tard. Les dirigeants européens n’ont pas déployé la totalité de leur puissance de feu économique et politique. Les marchés financiers qu’ils avaient d’abord cherché à mater les tiennent encore à leur merci.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Wc1TQBM/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.