Bush ne doit plus jouer au Golfe

Le président Bush a demandé aux Américains de ne pas “jouer à la politique” en cette période de terrible désastre national. Mais poser des questions embarrassantes aux dirigeants de notre nation est exactement ce qu'exige la démocratie, au moment où la réponse du gouvernement à l'ouragan Katrina est largement considérée comme “une honte nationale.”

Katrina a annoncé son arrivée au moins deux jours à l'avance, mais les autorités ont tardé à lancer un ordre d'évacuation. Aucun moyen de transport n'était disponible pour ceux qui n'avaient ni argent, ni voiture ; les installations d'accueil et de soin des réfugiés étaient insuffisantes, les forces nécessaires n'étaient pas en place pour délivrer les provisions absolument indispensables ou pour assurer l'ordre, et le nombre de bateaux, d'hélicoptères et autres équipements nécessaires au sauvetage de ceux qui se retrouvaient bloqués était loin de suffire.

Entravée par une Garde nationale dont 40% des effectifs se trouvent en Irak, la vitesse de mobilisation des militaires aux zones les plus touchées a été d'une lenteur hors du commun. Pendant quatre jours, il n'y a tout simplement eu aucun centre de commandes et de contrôle clair. En conséquence, de nombreuses victimes ont souffert et sont mortes.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/QN0c2eU/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.