Immigration et nouvelle division des classes

SINGAPOUR – Pat McFadden, député britannique du cabinet fantôme pour l’Europe, a récemment appelé les membres de son Parti travailliste à tirer tous les bienfaits de l’économie mondiale, et à ne pas considérer l’immigration comme un poids, déclarant en effet : « Soit vous décidez de vous nourrir du mécontentement des individus, soit vous choisissez de leur donner une chance. J’estime pour ma part nécessaire que nos politiques s’attachent à leur donner cette chance. »

Dans un monde de plus en plus dominé par différentes grognes – à l’encontre des immigrés, banquiers, musulmans, « élites libérales, » « eurocrates, » multiculturalistes, et de toute autre entité apparaissant plus ou moins étrangère – il est rare de pouvoir saluer de telles déclarations, dont les dirigeants du monde entier feraient bien de s’inspirer.

Aux États-Unis, les Républicains – soutenus par les militants du mouvement Tea Party – menacent de paralyser le gouvernement au seul motif d’un président Barack Obama disposé à offrir une chance de citoyenneté aux immigrés sans papiers vivant et travaillant sur le territoire américain depuis de nombreuses années. Le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP) souhaiterait geler immédiatement l’immigration permanente pendant cinq ans. Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine a publié il y a quelque temps une vidéo promettant de « faire le ménage » à Moscou, afin d’en finir avec les travailleurs migrants, principalement originaires des anciennes républiques soviétiques.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/reSE2Zi/fr;