us soldier flags John Moore/Getty Images

L'internationalisme américain n'est pas mort

DENVER – A observer le débat qui se déroule dans les médias aux USA, on pourrait croire que "L'Amérique d'abord" de Donald Trump est l'exact opposé de l'interventionnisme américain. Ce dernier serait un penchant chronique des USA pour se lancer délibérément dans des guerres sans autre but que de faire étalage de leur puissance militaire sans égale. Mais il ne faut pas confondre interventionnisme et internationalisme. Les associer revient à confondre l'usage rapide et décisif de la force avec un engagement réfléchi à l'égard du monde et des défis qu'il présente.

Une certaine conception américaine du monde du type, "Nous on n'est pas des dégonflés", fait passer les désaccords internationaux non pour des questions politiques, mais pour des défis militaires camouflés. En réalité c'est le plus souvent le contraire ; c'est pourquoi une intervention militaire résout rarement un conflit complexe.

Les conflits géopolitiques ont un long passé d'histoires sordides et de violence qui sont plus fréquemment le signe de leur complexité que d'une caractéristique structurelle. Ils relèvent souvent en partie de questions d'identité et de revendications territoriales. Or l'appartenance nationale repose bien plus souvent sur des critères ethniques que sur des valeurs communes, ce qui est en contradiction avec la conception américaine de la nation.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/Up84FqTfr