Un monde nuancé de gris

CANBERRA - Václav Havel, dramaturge tchèque, dissident devenu président, et le despote nord-coréen Kim Jong-il  nous venaient probablement de planètes différentes, malgré leur engagement commun en faveur de la dignité humain, des droits de l’homme et de la démocratie. Ce mois-ci, lorsqu’ils sont décédés à un jour d’intervalle, difficile pour les observateurs du monde entier d’ignorer un tel contraste : le blanc prince de Prague contre le prince des ténèbres de Pyongyang.

Il vaut la peine de rappeler combien le stéréotype manichéen du bien contre le mal, auquel l’ancien président américain George W. Bush et l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair étaient fameusement enclins, et qui semble avoir connu une certaine forme de résurgence ces derniers jours, est véritablement porteur de deux grands risques pour les décideurs politiques internationaux.

Le premier risque réside dans le fait que de telles mentalités limitent fortement le nombre d’options disponibles lorsqu’il s’agit de s’adresser à ceux qui sont étiquetés comme irrémédiablement malfaisants. La débâcle de l’invasion américaine de 2003 en Irak aurait dû nous inculquer une bonne fois pour toutes le danger de communiquer uniquement au travers d’un canon de revolver avec ceux dont le comportement nous dégoûte.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ac0xYKN/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.