Yukos maintenant, l'économie de la Russie plus tard

Tout comme la familiarité appelle le mépris, la réussite engendre souvent la suffisance. Malheureusement, cette vérité semble s'appliquer à la Russie, dont le gouvernement a choisi la première période de croissance économique prolongée depuis la chute du communisme (excédent budgétaire et inversion apparente de l'exode des capitaux) pour reprendre les guerres oligarchiques des années 1990.

Optimistes, prenez garde : l'arrestation de Mikhail Khodorkovsky et le gel de ses actions dans le géant pétrolier Yukos auront un impact majeur à long terme sur l'économie de la Russie et sur les relations entre l'économie et le gouvernement. L'imbroglio de Yukos n'arrêtera pas brusquement le développement de l'économie de la Russie car aucune société ne peut à elle seule déterminer le destin du pays. Mais il est certain que les perspectives sur le long terme se détérioreront.

Le problème porte sur la confiance entre la communauté économique et le gouvernement, une confiance qui a tout juste commencé à émerger au cours des dernières années. Pour parler sans détours, une violation de cette confiance naissante briserait la hausse économique de la Russie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/dGc8m8Z/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.