0

L’Euro survivra-t-il à la crise ?

CAMBRIDGE – L’Union économique et monétaire européenne (UEM) et l’euro sont sur le point de célébrer leur dixième anniversaire. L’euro se porte bien depuis son apparition sans heurts, aidé par la seule mission de la Banque centrale européenne : assurer un faible niveau d’inflation.

La crise économique d’aujourd’hui pourrait sérieusement mettre à l’épreuve la capacité de l’euro à survivre à des périodes plus troubles. Si la crise peut renforcer les institutions de l’UEM, elle peut aussi multiplier les risques, au sujet desquels il faut avertir les États membres pour les éviter.

Le grand problème, c’est que la situation de chaque membre de l’UEM risque d’évoluer de façons si diverses que certains leaders politiques nationaux pourraient trouver plus judicieux d’adopter des politiques divergentes de celles des autres membres. Les différences actuelles entre les taux d’intérêt des obligations d’État de la zone euro montrent que les marchés financiers envisagent la rupture comme une réelle possibilité. Par exemple, les obligations d’État à dix ans en Grèce et en Irlande rapportent désormais près d’un point de pourcentage supérieur à celui d’obligations comparables en Allemagne, tandis que le taux de celles de l’Italie est presque aussi élevé.

Bien entendu, l’histoire compte nombre d’échecs d’unions monétaires ou d’États à monnaie unique. Si une rupture de ce type serait plus difficile pour un pays de l’UEM pour des raisons techniques et juridiques, ne doutons pas que les pays qui le veulent vraiment peuvent se retirer.