La Syrie va-t-elle sortir de sa coquille ?

ISTANBUL – Le récent rapprochement entre les Etats-Unis et la Syrie marque-t-il le début d’une ère nouvelle pour le statut international de la Syrie ?

La Syrie peut espérer deux changements majeurs suite à la reprise des relations diplomatiques avec les Américains. Premièrement, la Syrie va être retirée de la liste noire établie par les Américains et qui désignent les pays de « l’axe du mal », ce qui augmente considérablement ses chances d’intégrer l’Organisation Mondiale du Commerce. Ensuite, son projet de pipeline prévu pour acheminer le pétrole irakien vers la Turquie à travers son territoire devrait être validé. Un tel lien avec l’économie turque – et donc éventuellement avec l’Union Européenne – devrait encourager la Syrie à ouvrir un peu plus son économie aux investissements étrangers.

Mais tout ceci a un prix. La contrepartie syrienne de ce marché sera sans aucun doute qu’elle mette un terme à son soutien au Hezbollah libannais, pour lequel elle recherchera surement un retour sur le plateau du Golan. Israël devrait s’y opposer, et l’Iran – en tant que soi-disant leader du croissant Shiite qui s’étend du Liban jusqu’au Tadjikistan – devrait aussi fortement, sinon violemment, s’opposer à un tel accord.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/kOgTQk7/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.