0

La Chine se lèvera-t-elle en Corée du Nord ?

Le 1 er octobre 1949, alors que les troupes vaincues du Kuomintang (KMT) de Chiang Kai-chek s'enfuyaient vers Taiwan, Mao Zedong avait déclaré que « la Chine s'était levée ». La Chine s'est en effet levée et continue de s'élever comme l'une des plus grandes économies du monde. L'année dernière, la Chine seule a représenté environ 60 % de la croissance des exportations mondiales. Mais en pleine crise, l'influence diplomatique de la Chine s'apparente généralement à celle d'un désert périphérique.

Dans nul autre pays cette vérité semble-t-elle plus juste que dans la propre arrière-cour de la Chine. Le silence apparent de Beijing quant aux ambitions nucléaires de la Corée du Nord a laissé tout aussi bien les représentants américains, japonais et sud-coréens perplexes quant à l'instant précis où la Chine « se lèvera » pour défendre son influence sur son voisin et allié d'autrefois.

La paralysie de la Chine dans la crise actuelle s'explique en partie par le fait que, parmi toutes les principales puissances mondiales, ce pays est pratiquement le seul à avoir une véritable politique des « deux Corées ». Etant donné que la Chine a établi des relations diplomatiques avec la Corée du Sud au début des années 1990, les liens économiques se sont considérablement renforcés et les relations culturelles se sont développées à une vitesse comparable. La Chine a également retourné les avances faites par le président sortant Kim Dae-jung dans le domaine de la sécurité politique, malgré les liens stratégiques de la Corée du Sud avec les Etats-Unis.

Mais en reconnaissant la Corée du Sud, la Chine s'est davantage attachée que, disons, la Russie, à chercher des solutions pour apaiser les appréhensions de la Corée du Nord. La Chine représente le plus important partenaire commercial de la Corée du Nord, avec un chiffre d'affaires excédant 700 millions de dollars en 2002, soit plus de 30 % par rapport à 2001. En effet, la Chine fournit environ 70 % du pétrole de la Corée du Nord et a doublé ses ventes de céréales et de légumes. Tandis que la Chine cesse de promettre un soutien militaire en Corée du Nord, excepté en cas d'attaque extérieure, elle promet d'engager des « consultations ».