La Chine va-t-elle “perdre” les Jeux olympiques de 2008 ?

Lorsque le Comité international olympique a attribué les Jeux d’été de 2008 à Beijing en juin 2001, l’annonce a déclenché de folles célébrations dans tout le pays. Le Parti communiste chinois espérait se servir des Jeux comme d’une vitrine de l’émergence du pays en tant que nation dynamique et moderne. Mais alors que les dirigeants chinois mettent la dernière main aux préparatifs pour les Jeux d’août prochain, ils se demandent peut-être si accueillir cet événement est une si bonne idée, finalement. Ils ont de bonnes raisons de douter.

Les hauts responsables chinois surveillent toujours de près les manifestations publiques de ferveur nationaliste, craignant que des vents contraires ne fassent sévir un orage malvenu dans leur direction. Naturellement, ils espèrent que les Jeux vont canaliser ces énergies vers la solidarité nationale, ce qui leur permettra de donner à leur peuple une heure de réussite et de gloire patriotique.

Mais les Jeux olympiques vont aussi attirer les regards du monde entier sur les faiblesses de la Chine à un moment délicat du développement du pays. Le monde connaît déjà le succès de la Chine et son attrait pour les investissements étrangers, mais peu d’étrangers ont vu de leurs yeux le prix élevé que le pays paie sa prospérité nouvelle.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/ziQmlX6/fr;