Les illusions de la politique monétaire de Shinzo Abe

NEW HAVEN – La politisation des banques centrales se poursuit sans relâche. La résurrection de Shinzo Abe et du parti libéral-démocrate au Japon – les piliers du système politique qui a plongé l'économie japonaise dans deux décennies perdues (qui continuent à s’allonger) – n'en est que le dernier exemple.

Les élections récentes au Japon ont se sont centrées de manière critique sur les vues d'Abe concernant la position de politique monétaire de la Banque du Japon. Il a soutenu que la BOJ, trop timide, devrait apprendre de ses homologues plus agressifs, la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne. Puisque la Fed et la BCE ont apparemment sauvé leurs économies grâce à leurs politiques d'assouplissement quantitatif (QE) non conventionnelles et agressives, ainsi va l'argument, Abe pense qu'il serait maintenant temps pour la Banque du Japon de faire de même.

Il semble bien qu'il obtiendra ce qu’il veut. Le mandat du gouverneur de la BOJ Masaaki Shirakawa se terminant en Avril, Abe pourra choisir son successeur – ainsi que deux vice-gouverneurs – afin de mettre en œuvre son plan.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/SEmB13U/fr;