Les USA, l'Iran et la Syrie

PRINCETON – La perspective d'une frappe militaire américaine en Syrie s'éloigne, le président Obama ayant donné son accord à une initiative internationale visant à prendre le contrôle des stocks d'armes chimiques en Syrie. Ce renversement de situation est intervenu dans un contexte de pressions diplomatiques croissantes de la communauté internationale pour éviter une escalade de la violence en Syrie. Mais l'on n'y parviendra pas sans l'Iran.

Lors d'une conférence de presse commune avec son homologue syrien, Walid al-Moallem, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a formulé une proposition sur laquelle il s'était mis d'accord avec l'Iran qui demande à la Syrie de "mettre ses sites de stockage d'armes chimiques sous contrôle international". Ces stocks seraient alors détruits et la Syrie signerait la Convention sur l'interdiction des armes chimiques. La proposition russo-iranienne appelle aussi à des mesures sous les auspices du Conseil de sécurité visant à empêcher les forces rebelles syriennes de recourir aux armes chimiques.

Moallem a immédiatement accepté la proposition. Quelques heures plus tard le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a fait de même, tandis qu'Obama a déclaré qu'il espérait avec ferveur parvenir à une solution non militaire.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/gK9kpmr/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.