0

Pourquoi la France causera la perte de la Constitution européenne

Si l’on en croit les sondages d’opinion, le 29 mai, les Français rejetteront le projet de Constitution de l’Union européenne. Un « Non » français signerait sa perte, puisque tous les pays membres de l’Union doivent ratifier la proposition pour lui donner vie.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, cela n’est pourtant pas nouveau. Surprenant car la France n’est pas seulement un membre fondateur de la Communauté européenne mais aussi la force d’entraînement principale à l’œuvre derrière les principales étapes du « rapprochement de l’Union ». Pourtant, l’opposition française était également prévisible : depuis dix ans maintenant, la France s’est détournée de l’Europe et s’en trouve maintenant très isolée. Bien sûr, l’Europe s’est également éloignée de la France à travers ses élargissements successifs, mais les racines principales de cette aliénation se trouve en France elle-même.

Les Français contemplent avec une grande tristesse le déclin de leur statut et de leur prestige, pas seulement sur le plan de la politique mondiale, mais également sur le plan de la culture, de la science et surtout de la langue. L’Europe, selon eux, a toujours été un moyen de s’accrocher à leur influence internationale.

Et cela a marché pendant trente ans. La France et l’Allemagne ont forgé des alliances à l’origine des décisions européennes. Désintéressée du pouvoir géopolitique, héritage historique de son passé nazi, l’Allemagne se contentait d’appuyer les ambitions françaises tant que le Marché commun lui permettait de jouer le rôle de locomotive économique européenne.