15

Pourquoi la Chine ne sera pas le leader mondial

LONDRES – La Chine est-elle en passe de devenir la prochaine superpuissance planétaire ? Cette question se pose de plus en plus à mesure que la croissance économique chinoise pointe à plus de 8% par an, tandis que le monde occidental demeure englué dans la récession ou la quasi-récession. La Chine est d’ores et déjà la deuxième puissance économique mondiale, et sera la première en 2017. Et ses dépenses militaires dépassent la croissance de son PIB.

Il est tout à fait raisonnable de se poser cette question si l’on ne se place pas du point de vue américain. Dans l'esprit des Américains, il ne peut y avoir qu'une seule superpuissance. L'avènement de la Chine se fera inévitablement au détriment des États-Unis. En effet, pour de nombreux observateurs en Amérique, la Chine représente un défi existentiel.

Cette approche est absolument exagérée. En réalité, l'existence d'une superpuissance unique est tout à fait anormale, et n'a été possible qu'après l'effondrement inattendu de l'Union soviétique en 1991. La situation normale et celle d'une coexistence, tantôt pacifique, tantôt guerrière, entre plusieurs grandes puissances.

Par exemple, la Grande-Bretagne, dont on dit souvent que les États-Unis ont pris la place, n'a jamais été une « superpuissance » au sens américain du terme. Malgré son vaste empire et sa suprématie navale, l'Angleterre du XIXe siècle n'aurait jamais pu remporter, sans allié, une guerre contre la France, l'Allemagne, ou la Russie. Il est plus approprié de dire que l'Angleterre était une puissance du monde – l'un des nombreux empires historiques, distincts des puissances inférieures en raison de la portée géographique de son influence et de ses intérêts.