Richesse et culture des nations

Les économistes modernes considèrent Adam Smith comme un prophète, à l’instar des régimes communistes qui déifiaient autrefois Karl Marx. Le principe essentiel qu’ils attribuent à Smith – à savoir que des mesures d’incitation efficaces, quelle que soit la culture, produisent de bons résultats – est devenu le grand commandement économique. Il s’agit pourtant d’une interprétation erronée de l’histoire (et probablement des écrits de Smith).

La croissance moderne n’est pas due à de meilleures motivations, mais à la création d’une nouvelle culture économique dans des sociétés comme celles de l’Angleterre et de l’Ecosse. Pour stimuler la croissance des sociétés pauvres, il est nécessaire de changer les cultures, pas seulement leurs institutions et leurs avantages, et de faire mieux connaître aux individus de ces sociétés la vie dans les économies avancées.

Malgré la croyance quasi universelle des économistes selon laquelle les mesures d’incitation sont primordiales, trois caractéristiques de l’histoire mondiale témoignent de l’importance de la culture.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/DJoDAF1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.