0

La nation Potemkine de Vladimir Putin

MOSCOU – « Tout est dans l’image » pourrait être un crédo si vous travaillez chez Gucci ou si vous êtes mannequin, mais en aucun cas est-il adapté à une stratégie nationale. Pourtant, le « Poutisme », l’idéologie dominante en Russie que Vladimir Poutine a forgé tout au long de ses dix années à la tête du pouvoir, est tout image, celle d’une grande puissance reconstituée et ramenée sur le devant de la scène internationale.

Le problème est que, contrairement à un mannequin tout en finesse qui se prive volontairement de nourriture pour rester mince, l’image de la Russie que Poutine cherche à projeter est complètement imaginaire. L’économie russe est un désastre et la toute puissante armée russe a du puiser aux fins fonds de ses tripes pour vaincre la petite Géorgie en 2008.

Il est vrai que les dirigeants russes ont toujours préféré le mythe à la réalité. Après tout, n’était-ce pas au cours du règne de Catherine la Grande que le « Village Potemkine » fut inventé ? Un village dans lequel la misérable vie de ses serfs était camouflée derrière les façades joliment colorées des maisons lors des déplacements de l’Impératrice.

Dans la Russie d’aujourd’hui, le principal mythe est que Poutine a présidé un pays qui s’est modernisé extrêmement rapidement. Ici, la jolie façade montre l’image miniature du président Dimitri Medvedev, dont le travail, un peu comme celui de la Première Dame des Etats-Unis, est de maintenir les apparences. Et les apparences qui ont le plus besoin d’entretien sont celles d’une Russie moderne et civilisée.