1

Pakistan : la guerre contre la polio peut être gagnée

LAHORE – J’ai grandi au Pakistan dans les années 80 et 90, et mes parents, comme tous les parents du monde, voulaient que je sois en bonne santé et dans les meilleures conditions possibles pour démarrer mon existence. J’ai eu la chance de grandir dans une famille de la classe moyenne dans de bonnes conditions sanitaires, avec de l’eau potable. J’ai aussi été vacciné contre des infections telles que la polio et la rougeole.

Mais je me souviens que de nombreux enfants dans mon quartier n’étaient pas vaccinés. Ces premières expériences auprès d’enfants que je connaissais et qui ont contracté ces maladies, surtout la polio si visiblement dégradante, m’ont convaincu de l’importance considérable de la santé et du pouvoir des vaccins.

Je vis à Londres maintenant, mais mes racines seront toujours au Pakistan. En tant que directrice de la British Pakistan Foundation, je conseille les philanthropes de la diaspora pakistanaise sur les possibilités de financer des projets durables et efficaces en matière de développement social. J’ai passé ces dernières semaines dans ma ville natale de Lahore, la deuxième ville du pays, à discuter de divers sujets, des prochaines élections aux défis du quotidien. La semaine dernière, j’ai visité un orphelinat situé en périphérie de la ville créé à la suite du tremblement de terre de 2005 qui avait provoqué la mort d’environ 75 000 personnes. J’ai été impressionnée et encouragée de constater que quatre cinquièmes des 85 enfants présents avaient été vaccinés.

Les statistiques nationales d’immunisation confirment ces premiers signes. En 1994, le Pakistan comptait environ 25 000 cas de polio qui provoquaient de nombreux décès ou d’infirmités permanentes. Mais grâce à des campagnes intensives de vaccination, seuls 58 cas de polio ont été recensés dans tout le pays l’année dernière – soit une baisse de 70% par rapport à 2011. Et le gouvernement et des responsables de santé internationaux sont convenu d’un plan qui prévoit l’éradication complète de la transmission de cette maladie au Pakistan d’ici 2014 – une réalisation qui serait historique et synonyme de profonde fierté nationale.