50

Ras le bol de la Fed

NEW YORK – Chaque année à la fin du mois d'août, les directeurs des banques centrales et les financiers du monde entier se retrouvent à Jackson Hole au Wyoming, au Congrès annuel de la Réserve Fédérale américaine. Cette année, les participants ont été accueillis par un groupe nombreux et majoritairement jeune, comptant de nombreux Afro-américains et Hispaniques.

Le groupe n'était pas tellement là pour protester, mais plutôt pour informer. Ils voulaient que les décideurs politiques réunis sachent que leurs décisions affectent des personnes ordinaires, pas seulement des financiers inquiets à propos des effets de l'inflation sur la valeur de leurs obligations, ou de ce qu'une hausse des taux peut avoir comme effet sur leur portefeuille d'actions. Et leurs tee-shirts verts arboraient le message selon lequel, pour ces Américains, il n'y a pas une de reprise.

Même maintenant, sept ans après que la crise financière mondiale a déclenché la Grande Récession, le chômage « officiel » chez les Afro-Américains est supérieur à 9%. Selon une définition plus large (et plus appropriée), qui comprend les employés à temps partiel qui cherchent un emploi à temps plein et marginalement les travailleurs indépendants, le taux de chômage pour les États-Unis dans leur ensemble est de 10,3%. Mais pour les Afro-Américains (les jeunes en particulier), ce taux est beaucoup plus élevé. Par exemple, pour les Afro-Américains âgés de 17 à 20 ans et qui ont terminé leurs études secondaires mais ne se sont pas inscrits à l'université, le taux de chômage est supérieur à 50%. Le « déficit d'emplois » (la différence entre l'emploi actuel et ce qu'il devrait être), est de près de trois millions.

Avec tant de personnes sans emploi, la pression de haut en bas sur des salaires apparaît également dans les statistiques officielles. Jusqu'à présent cette année, les salaires réels des employés non cadres ont chuté de près de 0,5%. Cela fait partie d'une tendance à long terme qui explique pourquoi les revenus des ménages en milieu de distribution sont inférieurs à ce qu'ils étaient il y a un quart de siècle.