0

Troublante Amérique

LONDRES – Y a-t-il autre chose à dire à propos de l’Égypte ? Hosni Moubarak a été sacrifié pour sauver le régime militaire. Un « homme fort » qui ne parvient pas à maintenir l’ordre dans la rue n’est d’aucune utilité pour qui que se soit. Quant à savoir si la « démocratie » s’ensuivra, cela est beaucoup plus discutable. Si l’on en juge par le Pakistan, et par une grande part du reste du monde musulman, les périodes de régimes civils (corrompus) alterneront avec des coups d’état militaires « d’épuration ».

Je doute que la plupart des Égyptiens placent ce que l’on appelle démocratie en tête de leur ordre du jour politique. Les journalistes qui prétendent autrement ne constituent pas un éventail représentatif, même dans les pays occidentaux. Ils sont une race surexcitée, voletant vers tous les points chauds du monde, crayon et caméra au poing. La liberté d’expression est dans leur sang ; les manifestations de masses, leur force motrice visuelle. Ils tentent de rendre compte du monde tel qu’il est, mais le leur n’est pas le monde de la plupart des gens – leur business dépend des perturbations du business « ordinaire », et ils sous-estiment donc systématiquement le désir des peuples pour la loi et l’ordre (ou tout au moins pour l’ordre).

La plupart des gens tolérera, semble-t-il, un niveau modeste de répression politique, y compris une police secrète, torture et corruption, à condition qu’elle garantisse la sécurité et un minimum de prospérité et d’équité. Sinon, il n’y a aucune explication pour la longévité de dictatures tel que les trente années de régime de Moubarak. De même, dans le referendum qui mit fin à ses 16 années de régime au Chili en 1990, le général Augusto Pinochet, avec des milliers de victimes torturées ou disparues dans ces macabres tiroirs, avait fait campagne avec un programme fondé sur l’ordre public et avait obtenu 44% des votes.

La plupart des dirigeants occidentaux pensent naturellement en terme de « transition démocratique ». C’est ce qu’ils veulent voir arriver en Égypte, en espérant que la démocratie ne compromettra pas le traité de paix entre l’Égypte et Israël. Mais cette combinaison entre liberté et ordre des démocraties occidentales – le cadeau le plus précieux de l’occident au monde – est le produit d’une longue histoire qui ne peut être répliquée sur simple requête.