4

Réaffirmer la loi humanitaire

MADRID – Même au milieu du chaos et des catastrophes causés par la guerre, il existe à l'échelle internationale des limites reconnues quant au comportement des combattants. Et pourtant, les récentes attaques délibérées sur les camps et les hôpitaux de réfugiés, en Syrie et ailleurs, démontrent un mépris absolu des normes humanitaires fondamentales. En effet, de tels comportements – ainsi que l'obstruction de l'aide humanitaire et les attaques contre le personnel médical et humanitaire – sont devenus bien trop communs.

Aujourd'hui, l'Organisation des Nations Unies estime qu'environ 125 millions de personnes dépendent de l’aide humanitaire – un nombre qui augmente chaque année. Plus de 60 millions de personnes – dont la moitié sont des enfants – sont actuellement déplacées à la suite de violences ou de conflits. Au cours de la dernière décennie seulement, le coût de l'aide humanitaire a augmenté de 600%, ce qui compromet sa viabilité.

C’est avec cette préoccupation à l'esprit que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a convoqué un sommet humanitaire mondial, le premier du genre en 60 ans d’histoire de l'ONU. Les réunions et discussions qui auront lieu à Istanbul les 23 et 24 mai aborderont les cinq éléments de base présentés dans le document Agenda for Humanity des Nations Unies: prévenir et faire cesser les conflits; défendre les normes humanitaires; réduire le nombre de personnes déplacées, protéger les femmes et les filles et assurer l'éducation dans les zones de conflit; renforcer les capacités nationales et locales à fournir de l’aide humanitaire; et augmenter les investissements dans le développement humain.

Bien que les besoins causés par les catastrophes naturelles (certaines liées au changement climatique) ou les épidémies soient urgents, ceux liés aux conflits ne le sont pas moins. Compte tenu de la longueur et de l'ampleur de la plupart des conflits actuels – dans lesquels de grandes puissances sont fréquemment impliquées, un engagement international audacieux et global est nécessaire d'urgence dans les domaines de la prévention et de la réponse humanitaire.